La dette sociale

« C’est le devoir de chaque homme de rendre au monde au moins autant qu’il en a reçu »

Albert Einstein


Le citoyen n’a pas que des droits ; il a aussi des devoirs et pas seulement les premiers qui peuvent venir à l’esprit, comme respecter la loi, s’acquitter de ses impôts, voter et élire ses représentants politiques… Selon le principe de dette sociale, tout individu contracte dès sa naissance une dette envers la société du fait des conditions de vie et des services dont il bénéficie pour lui permettre un développement harmonieux. Cette dette s’accroît tout au long de son enfance et jusqu’à l’âge adulte, d’autant plus s’il a bénéficié d’une formation supérieure.

« La société garantit des droits, on attend des gens qu’ils remplissent aussi leur devoir. Et passer un moment de sa vie au service de l’autre, je crois que ça fait partie des devoirs de base finalement de chaque citoyen ; à fortiori quand on a été formé par une société, qui, si on le traduit en termes économiques, a investit énormément d’argent dans la formation » Jérôme Strobel

Participer activement au devenir de la société est l’affaire de tout un chacun. Le service citoyen donnerait à toutes et tous (hommes, femmes, étrangers, jeunes, anciens, quelque soit leur condition sociale et économique) l’opportunité de dégager du temps pour s’engager pour une activité sociale tout en étant rétribué (financièrement et par d’autres formes) et par ce biais être reconnue et valorisée par la société.

« Que le citoyen soit amené un jour à mettre à disposition de son temps à la collectivité ou de faire un retour sur investissement par rapport à ce que l’Etat lui a mis entre les mains, il lui a mis de la formation, un cadre social acceptable, etc… » Yannick Cochand

« Dans l’idéal, tout le monde devrait donner de son temps pour la communauté » Yasmina Tippenhauer

L’individu doit aussi pouvoir trouver au sein de la société les outils lui permettant de conjuguer son droit naturel à la liberté de pensée et d’expression, à vivre à sa manière et de façon responsable, avec le devoir d’engagement citoyen pour un bien-être général.

Il importe de stimuler la participation citoyenne locale et de faciliter les procédures pour inciter les gens à s’engager. Donner l’opportunité à tout un chacun de participer au devenir de sa société est un droit inaliénable qui doit être promu et défendu par l’Etat comme par la société civile pour impulser de véritables changements sociaux.

« Le besoin de participer au bien-être de la société, c’est un besoin inhérent à chacun » Michel Monod

Un service citoyen doit être accessible à tous, c’est pourquoi il doit être reconnu par l’Etat et par les milieux économiques qui, comme pour le service militaire, devraient « libérer » les travailleurs et leur octroyer le droit de prendre une pause dans leur activité professionnelle. D’après nous, ce droit devrait bien entendu s’étendre à tous les résidents sur le territoire cantonal sans discrimination.