Des activités au service de la communauté

 



Hans Christoph Binswanger et Yolanda Kappeler, qui se sont intéressés à la question d’« Un travail au service à la communauté » [1] , amènent plusieurs pistes très intéressantes dans le domaine des activités qui pourraient être proposées pour les volontaires en service citoyen.

Les autorités de tutelles /de prévoyance

• assister les personnes qui, selon le droit des tutelles ou de l’assurance-invalidité sont dépendantes d’aide ;

• soutenir les assistant(e)s sociaux ;

• entretien de relations avec des personnes seules dans les hôpitaux, dans les foyers, à domicile ;

• assistance dans les établissements pénitenciers ;

• accompagnement et soutien de personnes menacées par la pauvreté ;

• soutien des personnes ayant un handicap.

Domaine de la famille, domaine des soins, encadrement des personnes âgées

• service à domicile ;

• aide aux soins des personnes âgées et des malades ;

• services de transports et d’accompagnement ;

• assister les personnes vivant seules.

Protection de l’environnement

• soutien aux activités des organisations pour la protection de la nature et de l’environnement ;

• aide lors d’action de remise en état, de travaux de renaturation ;

• réparation des dommages naturels ;

• soutien aux travaux de recherche sur les rapports écologiques.

Agriculture

• engagements généraux à la campagne ;

• agriculture de montagne ;

• aide aux femmes du monde rural ;

• aide dans l’agriculture biologique.

Sport

• soutien d’activités sportives ;

• assistance dans le cadre de Jeunesse et Sport ;

• assistance dans le sport pour personnes âgées.

Intégration des étrangers

• cours de langue ;

• cours sur les institutions politiques et l’histoire ;

• cercles de rencontres ;

• soutien dans la maîtrise pratique de la vie.

Domaine de la formation et de l’éducation

• soutien aux enseignants en tant qu’assistants et assistantes ;

• assistance dans les écoles à horaires continus ;

• aide lors de la prise en charge de petits enfants dans les crèches et les garderies enfantines ;

• soutien aux enseignants et aux éducatrices dans les écoles spécialisées de pédagogie thérapeutique ;

• assistance lors de la formation d’adolescents en difficultés d’apprentissage qui, soutenus par la loi sur la formation professionnelle, peuvent faire valoir leur droit à un soutien individuel ;

• soutien de jeunes étrangers et étrangères avec des connaissances en allemand insuffisantes ;

• aide à l’intégration ;

• assistance lors de la formation professionnelle de jeunes étrangers dans le cadre des programmes de rapatriement ;

• soutien de jeu et de théâtre dans les écoles et les foyers ;

• aide à l’éducation et service de soutien pour les parents débordés ;

• aide dans l’animation de groupes d’auto-assistance ;

Encadrement de la jeunesse

• aide dans les rencontres de jeunes, les camps de jeunesse, les projets de jeunesse, les parlements de jeunes, les centres de jeunes, dans les activités culturelles des enfants et adolescents etc.

L’aide au développement

• soutien à des interventions dans le cadre d’organisations étatiques et privées existantes. »

Nous pensons que ces propositions peuvent servir de balises intéressantes dans l’idée de définir les champs d’activités.


[1] Journal « Horizons et Débats », 23 août 2010, Hans Christoph Binswanger et Yolanda Kappeler. Le chapitre est un résumé abrégé du mémorandum « Gemeinschaftsdienst für alle », élaboré en 2000 par la « Umweltliberale Bewegung des Kantons St. Gallen » (aujourd’hui « Umweltfreisinnige des Kantons St. Gallen »). La proposition vise la situation suisse et suit une logique d’obligation, mais pourrait être extensible à tous les pays européens d’après ses auteurs.


Previous page: Les volontaires
Page suivante : Les lieux d’accueil